La beauté (clean)

La beauté (clean)
selon Oh My Cream

Oh My Cream, au tout début, c’est une histoire de passion et d’envie. C’est une histoire de femmes aussi, partageant le même besoin profond de voir le monde de la beauté se réinventer. Notre promesse ? Permettre à toutes les femmes d’accéder à une beauté alternative : plus clean, plus experte, plus inspirante.

Le "clean”, c’est sans doute l’aspect de notre concept que vous challengez le plus. Et vous avez raison, car il n’existe pas de définition officielle (contrairement au 100% naturel ou au tout bio, qui ne sont d’ailleurs pas forcément la solution idéale pour tout le monde !).

"Pour nous, le clean c’est avant tout un état d’esprit. C’est prôner une transparence absolue, dans nos flacons comme dans chacune de nos actions, et donner les clés à notre communauté pour lui permettre de faire ses propres choix de façon éclairée. "

Le clean chez Oh My Cream, c’est donc un état d’esprit, irréductible évidemment (et heureusement) à une simple charte de formulation. C’est surtout une recherche d’équilibre, de compromis pas toujours aussi simple qu’on voudrait le faire croire, entre efficacité, sûreté, et éco-responsabilité :

Efficacité

Notre premier combat à nous, c’est la bullshit beauty. Lassées des formules “vides” nous traquons le superflu et l’inutile (qui dans le pire des cas est susceptible de provoquer une réaction), à contre-courant des blacklists à rallonge nous nous focalisons sur les actifs (dont nous étudions la cohérence et la concentration), enfin nous analysons une composition dans son ensemble (contrairement “aux applications beauté”, à date un peu manichéennes à notre goût), pour évaluer la valeur ajoutée d’un produit et pouvoir justifier de son prix.

Sûreté

Certes en France, nous sommes particulièrement protégés par la législation européenne, la plus stricte au monde. Néanmoins, à l’heure où les polémiques se multiplient et où il est devenu compliqué de démêler le faux du vrai, nous avons mené nos propres recherches, appuyées par de nombreux experts (toxicologues, réglementaires et formulateurs de différents horizons), pour nous rendre compte qu’aucun ingrédient n’était tout noir ou tout blanc. Mais plutôt que de ne pas prendre position sous prétexte qu’il n’existe pas de vérité, nous sommes persuadées de l’importance de vous informer, de la nécessité d’assumer les convictions que nous nous sommes forgées. Et même s’il appartient à chacun d’appliquer (ou non !) son propre principe de précaution, c’est finalement notre responsabilité de distributeur que de vous partager la liste des ingrédients qui nous font sérieusement douter. Loin de nous l’idée de les étiqueter comme dangereux pour la santé, mais il nous est apparu plus prudent de temporairement les écarter (le temps que le législateur puisse définitivement se prononcer).

Eco-responsabilité

Limiter l’impact environnemental de la cosmétique est évidemment une véritable priorité. Nous avons conscience que nos produits ne sont pas irréprochables sur ce plan, car à l’heure actuelle il n’existe pas de solution idéale. Mais comme ici aussi tout est affaire de balance et de compromis, nous exigeons de nos marques une démarche (quelle qu’elle soit, tant qu’elle est sincère et cohérente) évolutive dans le temps : qu’il s’agisse de lutter contre le sur-emballage, d’opter au maximum pour des packagings recyclés et recyclables, de reverser une partie de ses bénéfices à une ONG,  et de rester toujours vigilant sur l'utilisation de matières premières polluantes, ou encore de limiter son empreinte carbone en sourçant des ingrédients localement. RDV sur notre journal pour découvrir les nombreux engagements de nos marques !

Notre Charte Ingrédients

Une analyse fine de la composition des produits

Chez Oh My Cream, nous apportons une grande attention à l’analyse de la composition des produits que nous référençons. C’est la raison pour laquelle, même si notre vision de la “clean beauty” ne se résume pas à des “blacklists”, vous trouverez ci-dessous notre position sur différentes familles d’ingrédients qui sont actuellement sous le feu des projecteurs. La première liste comprend les ingrédients que nous avons écarté (par principe de précaution, puisqu’il n’existe malheureusement de de vérité absolue en la matière !), et la seconde ceux que nous tolérons mais regardons malgré tout avec une attention toute particulière

La réglementation évoluant en permanence, nous avons à cœur de mettre à jour régulièrement ces deux listes (date de la dernière mise à jour : mai 2020), et travaillons donc en étroite collaboration avec un panel d’experts (toxicologues et formulateurs de différents horizons) ainsi qu’avec un organisme réglementaire (réalisant une veille internationale et permanente). Nous n’avons pas de discours figé et nous évoluons en même temps que le marché, et avons évidemment à cœur de nous adapter à l’évolution de la réglementation (obligeant les marques à reformuler), aux progrès de la cosmétique (incitant les marques à innover… et reformuler) et aux recherches scientifiques qui aboutissent à la découverte d’alternatives crédibles aux ingrédients controversés. 

Et comme nous avons conscience qu’il ne s’agit là que de nos convictions personnelles, pour répondre au mieux aux exigences et à la tolérance de chacun(e), nous vous permettons de faire votre propre choix avec votre propre curseur, et d’appliquer éventuellement un principe de prudence différent du nôtre : en vous proposant une large gamme allant des marques cosméceutiques (alliant le meilleur de la science et de la nature), aux marques naturelles en passant par d’autres certifiées biologiques, ou encore en répondant à toutes vos questions, en boutique ou via l’adresse consultation@ohmycream.com (nos conseillères sont de véritables “Wikipedia de la beauté” !).

Zoom sur notre méthodologie :

Certes, la réglementation Européenne pose les bases solides (et rassurantes) de la formulation cosmétique. Mais, ce n’est pas tout : en parallèle, deux entités analysent et étudient constamment des ingrédients sous le feu des projecteurs. Ces organismes indépendants, et qui jouent un peu le rôle de lanceur d’alerte, sont le SCCS (Scientific Committee on Consumer Safety) et le CORAP (Community Rolling Action Plan). Tous deux donnent la priorité aux substances devant faire l'objet d'une évaluation sur une période à venir, afin de s’assurer que les ingrédients concernés ne constituent aucun risque pour la santé humaine ou l'environnement. Nous avons donc pris le parti d’écarter ces ingrédients actuellement en cours de ré-étude.

Les ingrédients temporairement écartés

La législation européenne reste la plus stricte au monde et, même si chacun est en droit d’appliquer un principe de prudence ou, tout simplement, de consommer selon son propre curseur, nous ne pensons pas que des ingrédients autorisés soient dangereux pour la santé. Ce d’autant plus que certains ingrédients faisant l’objet de polémiques sont remplacés par d’autres molécules sur lesquelles la science a très peu de recul… Toutefois, pour de très rares familles d’ingrédients étant actuellement en cours de réévaluation, nous avons pris la décision de les écarter des formules que nous référençons. Encore une fois, nous ne disons pas qu’ils sont “toxiques” ou “mauvais”, mais, en toute transparence, nous ne les utilisons plus à titre personnel… et nous sommes nos premières clientes.

Les silicones dits “cycliques”

Les silicones dits "cycliques" comprennent le cyclomethicone, le cyclotetrasiloxane, le cyclopentasiloxane et le cyclohexasiloxane.

Pour schématiser, les silicones sont principalement utilisés pour “texturer” un produit, rendre facile son application, améliorer la tenue d’un produit de maquillage, lutter contre la perte en eau en faisant un maillage à la surface cutanée ou encore stabiliser des actifs pointus (comme du rétinol ou des peptides par exemple).

On distingue deux types de silicones :

  1. Les silicones “lourds” qui vont rester à la surface de la peau. C’est le cas du diméthicone, par exemple. Pour lui, pas de problème, son innocuité est bien prouvée.

  2. Les silicones dits “volatils” qui s’évanouissent au contact de la chaleur cutanée. On parle ici notamment de tous les silicones commençant par cyclo-.... Ils sont fortement suspectés de perturber le système endocrinien et certains sont en cours de réévaluation par les organismes réglementaires. Nous avons donc décidé de les écarter de nos formules.

Certains filtres chimiques comme l'octocrylène, l’homosalate, et le benzophénone

Chez Oh My Cream, nous prônons la modération. Et le soleil fait partie des plaisir à s’autoriser en petite quantité. Pour protéger sa peau, nous préférons vous conseiller certains filtres minéraux, comme l’oxyde de zinc ou le dioxyde de titane (sans nano particules) ou certains filtres chimiques (comme l’avobenzone par exemple, mais il y en d’autres).

Cependant, nous avons fait le choix d’écarter l’octocrylène, l’homosalate et le benzophénone, car ils sont actuellement en cours de réévaluation et que la suspicion d’action sur le système endocrinien était trop forte.

Certains conservateurs comme les parabènes, le MIT, le BHA et le BH

Là encore, nous ne discutons pas de l’importance des conservateurs dans un cosmétique. Ce sont eux qui nous permettent de profiter de tous les bienfaits de nos soins tout en préservant nos formules chouchous de toute contamination microbienne.

Les parabènes
En 2004, les parabènes sont mis sur la touche. En cause : une étude qui avait analysé des tumeurs mammaires de femmes et y avait trouvé des parabènes. Il en avait alors été conclu que ceux-ci favorisaient l’apparition de cancers du sein. Plus tard, cette étude a été cassée, car elle n’était pas valide scientifiquement. Les parabènes ont depuis fait l’objet de nombreuses études qui ont notamment pu mettre en lumière que les parabènes à chaîne courte tels que le Méthylparaben et l’Ethylparaben étaient sûrs, bien tolérés et peu allergisants.
A l’opposé, les parabènes à chaîne longue ont été interdits (comme par exemple l’Isopropylparaben, l’Isobutylparaben, le Phenylparaben, le Benzylparaben et le Pentylparaben) et l’usage du Butylparaben et du Propylparaben est quant à lui strictement réglementé depuis 2014. Pour cette famille de parabènes, le principal reproche porte sur leur trop grande ressemblance avec les œstrogènes.

Chez Oh My Cream, nous avons préféré écarter cette famille de conservateurs, car de nombreuses alternatives sont disponibles pour préserver un produit, sans inquiétude.

Le MIT et le MCIT
Pendant la tourmente sur les parabènes, ce sont le MIT (pour Methylisothiazolinone) et le MCIT (pour Methylchloroisothiazolinone) qui se sont glissés dans de nombreuses formules pour les préserver. Cependant, ces deux conservateurs de la même famille sont très sensibilisants. Là encore, comme les formulateurs disposent d’alternatives, nous avons préféré leur tourner le dos...

Le BHA et le BHT
Le BHA (ButylHydroxyAnisole) et le BHT (ButylHydroxyToluène) sont des antioxydants connus pour protéger les huiles du rancissement. Ainsi, on les retrouve souvent dans les produits riches en corps gras, comme les crèmes onctueuses ou les rouges à lèvres. Mais tous les deux sont suspectés d’être perturbateurs endocriniens et sont en train de repasser à la loupe des organismes réglementaires. Comme d’autres solutions sont disponibles au catalogue, nous préférons ne pas les voir dans nos formules.

Les ingrédients que nous tolérons mais regardons avec attention

Lorsqu’un produit contient un ingrédient sujet à questionnement, nous nous assurons que la concentration est la plus faible possible, et le plus souvent, elle est bien en-dessous du seuil autorisé par la législation européenne. Nous prenons également en compte la destination du produit, la fréquence d’utilisation et l'accumulation d'ingrédients sujets à polémique.

En revanche, si nous avons pour habitude de traquer le superflu, nous ne bannissons pas totalement pour autant les ingrédients inertes (qui ne présentent aucun risque pour la peau mais qui n’apportent pas de bénéfice particulier : huiles minérales, certains silicones, parfums, SLS etc.) mais nous vérifions qu’ils ne composent pas la majorité de la formule. De plus, lorsqu’un ingrédient est susceptible de provoquer une réaction cutanée chez certains types de peau, nous vérifions que le produit en question n’est pas destiné à cette cible en particulier. Par exemple, une huile minérale qui est sans risque pour une peau sèche et mature, ne sera pas adaptée à une peau à problèmes, car son côté filmogène peut créer de petites imperfections chez cette nature de peau. 

Les huiles minérales

Dérivées de la pétrochimie, les huiles minérales sont inertes pour la peau et totalement inoffensives. La raison de leur mise à l’écart ? Leur composition chimique n’a aucune affinité avec la peau. Ces ingrédients restent en surface, formant un film isolant. C’est pour cette raison que les huiles minérales sont souvent utilisées dans des formules pansement à destination des bébés ou des peaux très sèches, car en plus de leur effet barrière (qui limite la perte insensible en eau), elles sont très bien tolérées et ne réagissent pas avec les autres ingrédients des formules. Leurs propriétés lipophiles leur permet aussi d’émulsionner facilement d’autres impuretés.

Chez Oh My Cream, nous les tolérons donc quand elles sont présentes dans des produits pour peaux sèches ou matures (elles feront office de pansement et les molécules naturelles viendront traiter la cause en profondeur). Par contre, nous pensons qu’elles n’ont pas leur place dans un produits pour peaux à imperfections.

Les tensioactifs sulfatés comme le Sodium Laureth Sulfate, le Sodium Lauryl Sulfate...

Ce sont des agents moussants : les jolies bulles dans votre shampoing préféré, c’est grâce à eux ! On leur reproche souvent d’être trop efficaces. Sous leur fort pouvoir moussant peut se cacher une facette un poil irritante pour la peau et les yeux. Heureusement, ce mauvais penchant peut être contrebalancé par l’association avec des agents moussants doux (comme des dérivés de la coco). Les marques ont aussi largement réduits les pourcentages de sulfates utilisés dans les formules. Nous veillons au grain, mais nous ne les blacklistons pas. Tout est question de dosage et d’association !

L'acide salicylique

Cette petite molécule rentre dans la catégorie des bêta-hydroxy-acides (BHA). Outre son action exfoliante, elle est aussi connue pour réguler la production de sébum et avoir une action anti-imperfections redoutable. C’est aussi un bon conservateur.

Dans un avis publié en fin d’année 2018, le Comité Scientifique Européen pour la Sécurité des Consommateurs (SCCS) conclut que l’acide salicylique ne pose pas de problème s’il est utilisé aux conditions de la réglementation. Utilisé en tant que conservateur comme en tant qu’actif, il est autorisé à des concentrations limitées (mais interdit dans les dentifrices, les produits susceptibles d’être inhalés, et les produits à destination d’enfants de moins de 3 ans).

Nous continuons donc d’accepter cet ingrédient mais regardons avec vigilance les produits dans lesquels il est présent.

Les ammoniums quaternaires (ou Quats)

Les Quats comprennent le Polyquaternium-7, le Polyquaternium-10, le Cetrimonium Chloride, le Behentrimonium Chloride, le Guar Hydroxypropyltrimonium Chloride et le Behentrimonium Methosulfate.

Ils sont utilisés en tant que conditionneur capillaire et sont connus pour leur bon pouvoir démêlant. Certains ont aussi un rôle de conservateur.

Un fort pourcentage peut être irritant et leur procédé de fabrication pose des questions écologiques. Cette famille étant très grande, tous n’ont pas exactement la même structure (Le Quaternium 15 a notamment été interdit). Cependant, c’est aujourd’hui l’une des seules alternatives aux silicones. Oh My Cream ne les bannit pas, mais regarde avec attention lorsqu’ils sont cumulés dans une formule. De même, nous privilégions le Behentrimonium Chloride et le Behentrimonium Methosulfate qui sont des alternatives efficaces utilisées dans la cosmétique naturelle.

Les dérivés éthoxylés comme les molécules en -eth, les PEG, PPG et les polysorbates

Ce sont des émulsionnants qui jouent le rôle d’agents de texture et qui “poussent” les actifs à l’intérieur. Certains sont aussi humectants, c’est à dire qu’ils retiennent l’eau et qu’ils préviennent du dessèchement.

Il est vrai que leur impact écologique n’est pas neutre (c’est notamment leur procédé de fabrication qui pose question). Cependant, cette famille d’ingrédients ne pose aucune problématique santé. Nous avons donc fait le choix de ne pas les blacklister, non pas parce que l’écologie nous importe peu, mais parce que nous avons à cœur de proposer une offre pouvant convenir à toutes les peaux.

Le phénoxyéthanol

Le phénoxyéthanol est un conservateur d’origine synthétique très utilisé en cosmétique, notamment suite à la polémique post-parabènes. Certains le pointent du doigt et évoquent un penchant perturbateur endocrinien, mais, à ce jour, il n’y a pas de données scientifiques qui étayent réellement ces affirmations.

De plus, au dosage maximal autorisé (soit 1%), il est prouvé qu’il faudrait s’appliquer 47 pots de crèmes sur le visage pour atteindre une dose “toxique”. Et quand on sait que de nombreuses marques ne vont même pas jusqu’à ce pourcentage autorisé, cela permet d’utiliser ses produits préférés en toute tranquillité...

L’EDTA comme le Disodium EDTA, le Tetrasodium EDTA et le Trisodium EDTA

On les appelle des agents chélateurs, c’est à dire qu’ils ont la capacité d’accrocher d’autres molécules, ceci pour permettre à la formule de garder une stabilité parfaite. Ils n’ont aucun impact sur la santé. Par contre, il est vrai que cet ingrédient a un impact environnemental non négligeable : il ne se désagrège pas dans l'environnement et continue son travail en “attrapant” des molécules.

Cependant, compte tenu de son innocuité et de son efficacité (les alternatives naturelles existent mais sont tout de même moins performantes), nous avons décidé de ne pas nous en passer pour le moment.

Les parfums synthétiques

Il est vrai que certaines molécules parfumantes peuvent être allergisantes ou sensibilisantes. Celles qui sont allergènes doivent d’ailleurs, par obligation légale, être listées en toute fin de composition quand elles dépassent un certain seuil : 0,01% dans les produits rincés, 0,001% dans les produits non rincés, cela pour permettre aux personnes qui y sont allergiques de les repérer. Pourquoi n’est-ce pas indiqué sous ces seuils? Parce que ce sont les seuils de déclenchement d’une réaction allergique pour les personnes sensibilisées.

Il est important aussi de savoir qu’un parfum naturel est très souvent plus allergisant qu’un parfum de synthèse. En effet, pour parfumer un produit à l’aide d’ingrédients naturels, les huiles essentielles sont les molécules les plus utilisées. Or, ce sont des ingrédients complexes comprenant parfois plus d’une centaines de molécules, ce qui fait autant de messages à “assimiler” pour une peau sensible. Nous avons donc fait le choix d’associer à notre référencement des marques utilisant des parfums de synthèse comme des parfums naturels, car nous sommes persuadés que cela participe énormément à l’expérience sensorielle d’un produit. Et pour satisfaire toutes les peaux, nous proposons aussi des marques sans parfums.

Les actifs que nous voulons dans nos formules

Si nous mettons un point d’honneur à écarter certains composants cosmétiques (que nous n'utilisons plus à titre personnel), nous mettons encore plus d’énergie à sélectionner des produits aux compositions les plus clean, expertes et efficaces possibles. Et parce qu’il serait impossible de tous les énumérer, découvrez ci-dessous la liste non-exhaustive des ingrédients clean que nous privilégions dans notre assortiment !

Nous valorisons énormément les ingrédients naturels mais sommes aussi ouvertes aux actifs synthétiques de qualité, parce que nous pensons fermement que la science a autant à offrir que la cosmétique naturelle ou/et certifiée bio. Par exemple, certaines peaux très sensibles ne supportent pas une formulation à 100% naturelle;  en matière d’anti-âge, de sacrées prouesses sont réalisées par les marques cosméceutiques... A chacun de placer son curseur où il le souhaite.

Les eaux florales

Les eaux florales (ou hydrolats) sont obtenues lors du processus de distillation des huiles essentielles. Ce sont donc des eaux distillées - beaucoup moins concentrées que les huiles essentielles - avec des vertus cosmétiques très intéressantes. Apaisantes, hydratantes, équilibrantes… Celles-ci sont utilisées principalement dans des toniques, pures ou en synergie avec d’autres actifs ou hydrolats. Il existe autant de bienfaits que d’eaux florales sur le marché.

Les eaux florales sont notamment présentes dans les lotions et toniques suivants :

Les huiles végétales

Ah les huiles végétales ! Ce sont un peu les stars de nos produits cosmétiques puisqu’on les retrouve dans la quasi-totalité des soins et bien souvent en “base” d’une formule. Chaque huile possède ses propres bienfaits : on ne s’arrête donc pas uniquement à leurs pouvoirs nourrissants. Celles-ci peuvent booster la régénération, être régulatrices, illuminatrices, protectrices… de quoi combler tous les types de peaux, même les peaux mixtes à grasses !

Vous retrouverez notamment des huiles végétales dans les produits suivants :

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles sont de véritables concentrés de bienfaits au naturel. Si on les retrouve de plus en plus dans les armoires à pharmacie, elles sont également largement utilisées dans les cosmétiques clean (citons par exemple crèmes hydratantes, huiles de soin ou sérums). On les reconnaît pour leurs propriétés assainissantes, régénérantes, purifiantes, anti-âge, apaisantes… Celles-ci peuvent aussi remplacer les parfums synthétiques ou servir à conserver un produit naturellement.

Quelques produits emblématiques utilisant les bienfaits des huiles essentielles :

Les extraits de plantes

Hé oui, tout simplement. Le nombre de variétés est incalculable, car cela reviendrait à devoir sillonner chaque centimètre carré du Monde entier ! Pour ne citer que quelques plantes très appréciées chez Oh My Cream : l’aloe vera est idéale pour hydrater et réparer la peau, l’avoine est très apaisante, l’arnica est un anti-inflammatoire naturel, le thé vert a des propriétés astringentes et détoxifiantes, la camomille est très efficace pour lutter contre les rougeurs et les sensations d’inconfort…

Vous en trouverez par exemple dans les produits suivants :

Les ingrédients “Superfood”

Les super-aliments ne sont pas uniquement bons pour notre corps, ils le sont aussi pour notre peau ! On adore les utiliser dans nos cosmétiques pour leur pouvoir antioxydant ultra-protecteur. Mais pourquoi vous parle t-on tant des antioxydants ? Dans notre corps comme dans notre peau, nous avons une réserve naturelle d’antioxydants qui lutte au quotidien contre les radicaux libres (des molécules qui déséquilibrent notre fonctionnement cellulaire). Le problème ? Quand excès de stress, pollution à gogo et mauvaise alimentation s’en mêlent … l’équilibre naturel antioxydants / radicaux-libres est rompu. On parle alors de stress oxydatif. Alors, tout comme l’importance des 5 fruits et légumes par jour, adoptez des soins riches en grenade, baies de goji, ou encore brocoli.

Ces soins qui font le plein de super-aliments :

Les argiles

Principalement utilisés dans des masques purifiants et détoxifiants, il en existe de nombreuses variétés afin de répondre aux besoins de tous les types de peau. Pourquoi on les aime tant ? En agissant comme de véritables aimants en surface de la peau, elles sont très efficaces pour absorber les impuretés et permettent de resserrer les pores, mais pas que… on peut aussi les retrouver dans de nombreux produits pour leurs pouvoirs anti-pollution et même apaisants. 

Le masque à l'argile est un classique, réinterprété sous plusieurs formes :

Les enzymes de fruits

Si elles ont la même fonction exfoliante que les acides de fruits, les enzymes de fruits sont moins puissantes : c’est la raison pour laquelle on les conseille volontiers aux peaux sensibles. Dans cette grande famille, on retrouve la papaye, le kiwi, la pomme, la citrouille, la grenade… Stimulant le renouvellement cellulaire, elles ont aussi la capacité de lisser le grain de peau en grignotant les cellules mortes en surface.

On trouve des enzymes de fruit dans les exfoliants suivants :

Les acides de fruit

Les principaux acides de fruits utilisés en cosmétique sont les acides lactique et glycolique. Ils font partie de la famille des alpha-hydroxy-acides (AHA). Ces puissants agents exfoliants permettent de stimuler le renouvellement cellulaire, la microcirculation ainsi que la synthèse du collagène. Nous privilégions les exfoliants chimiques à base d’acides de fruit aux gommages classiques à grains, parce qu’ils sont plus doux et plus respectueux de la barrière cutanée.

On retrouve les acides de fruit dans des masques, des lotions, des poudres exfoliantes :

L’acide hyaluronique

On adore cette molécule qui a la capacité de retenir jusqu’à 1000 fois son poids en eau ! De quoi hydrater tous les épidermes mais pas que… L’acide hyaluronique, s’il est naturellement présent dans la peau, voit ses réserves naturelles diminuer au fil du temps, accroissant déshydratation mais aussi petites rides. C’est pourquoi offrir un supplément à travers une crème ou un sérum par exemple, n’est pas du luxe !

Cet ingrédient star de l'hydratation est présent dans de nombreuses compositions :

Les probiotiques

Les probiotiques, ce sont un peu les “bactéries gendarmes” dont notre peau peut avoir besoin pour se défendre face aux mauvaises bactéries. Elles permettent de rééquilibrer et de renforcer la flore cutanée et sont fortement recommandées aussi, en cas de peau très sensible. Pour en savoir plus, vous pouvez lire notre article Nos soins préférés aux probiotiques et leurs bienfaits.

Vous en trouverez par exemple dans ces produits :

Les peptides

Les peptides sont de puissants actifs anti-âge dont le rôle va consister à “donner un coup de main” au processus du renouvellement cellulaire. Largement utilisés dans les cosmétiques clean, ils sont très intéressants pour ralentir l’apparition des rides et la perte de fermeté de la peau puisque les peptides stimulent les fibroblastes et activent leur propre production. La boucle est bouclée ! Ils ont également une action anti-tâche et anti-pollution.

Pour une bonne dose d'anti-âge grâce aux peptides, on mise sur :

Les antioxydants

Hé oui, particules fines, gazs d’échappements ou encore lumières bleues accélèrent le vieillissement, sensibilisent et ternissent le teint. Soit, les vitamines sont antioxydantes par nature. Mais certains actifs le sont à des doses supérieures : c’est le cas du superoxyde-dismutase, de l’asaxanthine, du glutathion (actifs présents naturellement présents dans notre corps), du resvératrol... On les apprécie particulièrement pour leur haute-protection face à la pollution, puisqu’ils ont pour rôle de neutraliser les radicaux-libres. Enfin, on les retrouve surtout dans des produits très techniques.

Quelques soins utilisant les propriétés des antioxydants pour aider les peaux urbaines :

La vitamine C

La vitamine C (ou acide L-ascorbique) est l’actif éclat et anti-tâche par excellence. Il permet également de neutraliser les radicaux libres (aka la pollution) et de booster la production de collagène, ce qui en fait aussi un super ingrédient anti-âge. Nous veillons à sélectionner des produits dont la vitamine C contenue est de la meilleure qualité possible, mais aussi en privilégiant sa formule stabilisée car il s’agit d’une vitamine très fragile. Pour plus de détails, venez découvrir notre article Vitamine C : pourquoi ma peau en a besoin ?

Pour une cure de Vitamine C, on mise sur :

Le rétinol (ou vitamine A)

Le rétinol est un puissant actif anti-âge. Capable d’agir jusque dans les couches profondes de la peau, il vient stimuler la production de fibres de collagène et d’élastine, pour mieux limiter l’apparence des rides... mais pas que. Il favorise également le renouvellement cellulaire, lissant le grain de peau et permet à celle-ci d’atténuer l’apparence des taches pigmentaires ou les vestiges d’anciennes imperfections. Désormais, nous sommes capables de proposer ce super-actif dans des versions non-irritantes afin de n’en tirer que les bénéfices. Les peaux sensibles peuvent aussi se tourner vers un nouvel actif naturel appelé bakuchiol qui délivre des résultats similaires ;-)

Le niacinamide

Le niacinamide (ou Vitamine B3) est une vitamine aux nombreux bienfaits cosmétiques, qu’on retrouve principalement dans des sérums et qui a la particularité d’être très stable. Elle permet entre autres de lisser le grain de peau et de lutter contre les imperfections, d’apporter de l’éclat au teint et de stimuler la production de collagène, ce qui en fait un excellent actif anti-âge. Et, comme les autres vitamines, elle a un pouvoir antioxydant qui permet notamment de protéger la peau de la pollution. Le niacinamide a vraiment tout bon !

Pour tester le niacinamide en action, on se tourne vers :

Les cellules souches de plantes

Les cellules souches de plantes, dont l’utilisation en cosmétique est le fruit de longues recherches scientifiques, sont très appréciées pour ralentir le vieillissement cutané. Ces dernières sont en effet capables de stimuler efficacement le processus d’auto-renouvellement des cellules de la peau. Nous croyons beaucoup en cette nouvelle technologie pointue de l’anti-âge !

On trouve ce type d'actifs très techniques dans les sérums et crèmes suivants :